Prius Prime et les premiers froids

Voilà, les premiers froids sont arrivés.  Bien que la température varie beaucoup, il y a eu plusieurs matins avec des températures sous le zéro Celsius.

J’avais une moyenne de 45 km de disponibles en mode électrique le matin.  Avec un parcours d’environ 22 km quotidien, il m’en restait pratiquement toujours au début du 20 km à mon retour.  La consommation moyenne est d’environ 11 à 13 kWh par 100 km.

La première baisse vers les 39 km s’est produite avec la passage aux pneus d’hivers (Blizzak WS80).  C’est environ 13% de moins.  La consommation tourne maintenant aux alentours de 15 kWh par 100 km et la température matinale est proche du zéro, souvent peu au-dessus.

Viens ensuite un premier matin dans les -8°C.  Autre baisse prévisible.  Ce matin-là, en appuyant sur le bouton de dégivrage du pare-brise pour enlever la buée, le moteur à essence est immédiatement démarré.  Après vérification dans le manuel, c’est tout à fait normal.  C’est le meilleur moyen de générer rapidement de la chaleur pour dégager la fenêtre.  Cette journée-là, je suis revenu avec à peine 6  km d’autonomie.  D’après les statistiques de la Prius, la consommation moyenne a été de 25% plus élevée.  Presque 20 kWh par 100 km.

En examinant un peu plus les affichages de la Prime, j’ai découvert celui qui donne l’autonomie estimée sans la climatisation/chauffage.  Très intéressant car on voit que le matin, lorsque la température tourne aux alentours de quelques degrés sous zéro, mon 37 km de départ est en fait 32 km en tenant compte du chauffage.  C’est là que j’ai réalisé que le chiffre de l’autonomie restante affichée dans le pare-brise est celui qui ne tient pas compte du chauffage.  L’été, la différence est minime, mais, avec le chauffage, c’est une autre histoire.  On parle d’une autre baisse de 13%.

Au retour de mon trajet quotidien, mon autonomie électrique tourne aux alentours de 5 à 9 km.  Certains matin, la circulation est lourde et même si on avance pas, il faut chauffer l’habitacle.  Le parcours varie de 25 à 45 minutes.   Le soir, l’auto étant dans un stationnement chauffé, je pars avec une auto tempérée au début du 20 degrés.  Le parcours en généralement plus court en temps, entre 20 et 30 minutes.  La consommation est toujours moindre.

J’en conclu donc que la perte d’autonomie électrique est d’environ 30% lorsqu’on a des températures aux alentours de 0°C ou un peu moins.

À la vue de ces chiffres, je suis convaincu qu’il faudra utiliser le moteur à essence lorsque la moyenne sera dans les -15°C et moins pour faire mon parcours quotidien.  Ce sera un autre sujet!

Advertisements

L’hiver et la LEAF

beautiful-snowflake-wallpaper-15536-16213-hd-wallpapersC’est une des 3 questions principales qu’on me pose: L’hiver, est-ce que ça diminue beaucoup l’autonomie?

La réponse honnête:  OUI.

Mais, il y a toujours un mais, ce n’est pas tant le froid qui diminue la capacité de la batterie que le besoin de chauffer la cabine qui augmente grandement la consommation.  Cette énergie n’est pas disponible pour faire des kilomètres 😦

Donc, dans les -15 à -20°C, il est plus réaliste de dire que l’autonomie est dans les 60 à 70 km, car il faut se garder une petite marge de manoeuvre pour le pas baisser la batterie trop bas (en fait, on recommande de ne pas rester trop longtemps sous le 30% l’hiver).

Là, bien des proprios de LEAF vont mentionner qu’ils sont capables de faire bien plus.  C’est vrai aussi!

Ça dépend du parcours, de la façon de conduire, de sa tolérance au froid (je garde la cabine à 19-20°C), du vent, si on laisse son auto dans un garage chauffé ou semi-chauffé durant la nuit et/ou le jour, etc.

Cette semaine, deux exemples:

Continue reading « L’hiver et la LEAF »