Dénigrement des véhicules électriques

Il fallait s’y attendre, l’auto électrique qui commence à prendre un peu plus de place,   commence à déranger pour de vrai

Il faut lire l’excellent article de Daniel Breton (sur le site de Roulez électrique) sur la publicité négative qui va nous assaillir et les techniques qui seront utilisées pour nous inonder d’informations biaisées.

En passant, un film à écouter:  Who Killed the Electric Car?

Pourquoi j’ai vendu mon auto électrique

Eh oui, je me suis départi de ma Nissan Leaf après avoir fait 20 des 48 mois de mon contrat de location.

Pourquoi?  Tu n’aimes pas ça un véhicule électrique?

Mais, mettons les choses claires en partant, je ne suis pas devenu anti-véhicule électrique!

Je n’ai pas une réponse avec un seul point, mais, c’est un ensemble de facteurs qui m’ont amené à cette décision.

Mes besoins ont changés.  Pour des raisons personnelles, je dois faire plus de déplacements interurbains qu’initialement prévu.

Le véhicule n’est pas à son meilleur dans ce type de déplacement.  La Leaf est un bon véhicule urbain, mais, sur l’autoroute, la faible capacité de la batterie est un frein aux longs parcours (sans de multiples recharges).

Ajoutons à cela le froid hivernal et un réseau de BRCC encore peu développé sur le parcours voulu, c’est suffisant pour ne pas pouvoir / vouloir s’aventurer sur l’autoroute.

Bien sûr, dans cette aventure, j’ai ma part de blâme, je n’ai pas fait complètement mes devoirs avant de louer ma Leaf SV 2015!  J’avais vu les Tesla qui étaient définitivement hors de mon budget et des articles sur les qualités de la Leaf, ce qui piqua ma curiosité.  Après des lectures sommaires, une visite au concessionnaire et un seul essai routier, j’ai signé!  Rétrospectivement, c’est une chose à ne pas faire!

Plutôt que de continuer à faire des compromis pour les deux prochaines années, j’ai décidé d’absorber la perte reliée à ce changement hâtif et de passer à un autre véhicule.

Alors, mon passage d’un véhicule 100% électrique à un autre 100% à combustion interne ne doit pas être vu comme un désaveux de la technologie.  Le véhicule électrique, c’est l’avenir des transports.  L’électricité sera de plus en plus produite à partir de sources renouvelables et c’est la seule façon de s’assurer de pouvoir nous propulser pour des milliers d’années!

Mais, en attendant que la situation s’améliore sur le front des véhicules électriques pour répondre à mes besoins à un prix raisonnable, je retourne temporairement “en arrière”.

Pour terminer, voici ce que je considère mes leçons à retenir si vous êtes dans le marché pour un véhicule électrique pour ne pas refaire mes erreurs.  Le but n’est pas de vous décourager d’acheter / louer un tel véhicule, mais, d’en avoir un qui répond le mieux à vos besoins:

  • Prenez votre temps!  Louer ou acheter un véhicule est une décision qui entraîne des coûts financiers importants.  Mieux vaut y penser avant de signer!
  • Bien analyser vos besoins.  Prendre le temps de vérifier ce que vous allez effectuer comme parcours et dans quelles conditions (circulation dense, saison, etc.).  Difficile de prévoir l’avenir, mais, si possible, y penser et vous donner de la marge de manoeuvre.
  • Bien se renseigner sur les capacités du véhicule électrique dans les différentes conditions climatiques dans lesquelles il sera utilisé.  Ne pas sous-estimer l’effet du climat sur l’autonomie.
  • Vérifier le réseau de recharge publique existant, ne pas seulement se fier aux promesses qui sont faites d’installations futures.  Rien de plus frustrant que d’engager des sommes importantes en espérant que les bornes espérées vont s’installer comme prévu.  Depuis le mois de juillet 2014, j’ai vu bien des promesses qui n’ont pas été tenues ou, très étirées… assez pour faire manquer une saison de randonnées dans une région.
  • Utiliser les chiffriers de comparaisons des coûts disponibles sur les sites web comme celui de l’AVÉQ ou Roulez électrique.  Faites des hypothèses réalistes selon votre situation.  Selon les combinaisons qu’on fait, on peut avoir des surprises.
  • L’essence est la dépense la plus visible d’une auto avec un moteur à combustion interne, sauf que dans la majorité des cas, ce n’est pas la plus importante!  C’est la dépréciation qui compte pour beaucoup… surtout si vous êtes du genre à garder vos véhicules de 3 à 5 ans.  Les véhicules électriques sont désavantagés sur ce point à cause de la sortie de nouveaux modèles avec des capacités augmentées pour un prix très similaire au modèle qu’il remplace (prenez la Leaf 2015 SV ou SL par rapport à la 2015, augmentation de la capacité de la batterie de 25% et amélioration de la chimie de sa batterie).

Si vous choisissez bien votre véhicule électrique, nul doute que vous aurez alors une expérience de conduite des plus agréables, conscient de ses capacités.

PS: Je laisse l’information sur la Leaf que j’ai accumulé au cours des 2 dernières années sur mon expérience véhicule électrique.

Leaf et froid de -24°C

Par un beau samedi froid, j’ai voulu montrer ce que cela donne d’avoir une auto électrique.

On se fait souvent demander « Est-ce que ça démarre bien l’hiver une auto électrique?».  Eh oui, pas de problèmes!


 


 

J’ai déjà mentionné les frustrations que la Leaf et le froid entraîne, surtout lorsqu’on veut faire de l’autoroute, il reste que pour des parcours plus courts et urbain, le véhicule électrique possède ses avantages.

  • Démarre sans problèmes.
  • Réchauffe l’habitacle rapidement.
  • Permet d’attendre une autre personne au chaud sans contrevenir aux règlements municipaux.
  • Permet d’en faire le préchauffage à distance.

Par contre, on s’en sort pas, dans les grands froids, la capacité de la batterie (de la Leaf) oblige à calculer ses déplacements avec plus de précautions pour ne pas se retrouver en situation fâcheuse.