Prius Prime – 2 ans!

Ma Prius Prime lors d’un événement de l’AVÉQ

Eh oui, voilà maintenant deux ans que la Prius Prime fait partie de ma vie. Un peu plus de 22 000 km au compteur, moyenne d’1,5 l/100 km, pas de problèmes à signaler.

Que dire après ces deux années sinon que tout est assez calme au niveau de la Prius? Exactement comme on le veut lorsqu’on achète une Toyota.

Pas de problèmes, un changement d’huile au bout d’un an, le 2e est pour bientôt (je suis un brin en retard). La première année, j’ai roulé 13 000 km, la 2e, 9 000 km. Moins de grands parcours, surtout les trajets maison-boulot, maison-courses, etc.

Dans ces parcours urbains, la Prime est excellente, confortable, facile à stationner. Malgré les routes cahoteuses de la région du Montréal métropolitain, les pneumatiques de 15 pouces et la suspension indépendante aux quatre roues font un bon boulot.

Je fais la grande majorité de mes déplacement sans essence, la capacité de la batterie est suffisante pour mes parcours. L’été, je fait un 45 km et l’hiver, un 25 km. D’autres conducteurs plus doux sur les départs font quelques kilomètres de plus. Moi, j’ai de la misère à résister au plaisir des départs vifs des voitures électriques. N’oublions pas qu’il est facile de charger l’auto en arrivant du boulot avant d’aller faire les courses en soirée.

L’hiver, la saison difficile pour les autos de tous les types. Une autre source de questionnement pour la Prius Prime. Il y a réduction de l’autonomie comme toutes les voitures. Les pneus d’hiver augmentent la résistance, on perd facilement un 10%. Ensuite, il faut chauffer la cabine. Contrairement à la climatisation où on réduit de quelques degrés la température de la cabine, en mode chauffage, la différence est en général beaucoup plus grande (par exemple, on passe d’un -5°C à +21°C) et cela demande plus d’efforts à la thermopompe. En dernier, il faut ajouter un autre pourcentage de perte d’efficacité de la batterie au froid. Lorsqu’il fait sous les -10°C, le moteur à essence est là pour nous garder au chaud. Pour moi, elle a fait ses preuves, je ne craint pas la saison froide avec cette voiture.

Dernièrement, j’ai participé en tant que bénévole à une activité de l’AVÉQ pour faire connaître les véhicules électriques. J’ai eu beaucoup de questions sur l’utilité d’une telle voiture avec l’arrivé des voitures électriques ayant des batteries de plus grande capacité. On me demande pourquoi aller vers une Prius Prime?

Franchement, je crois qu’elle a encore sa place.

Regardez les parcours moyens qu’on fait au quotidien. Personnellement, c’est soit 22 km pour mon aller-retour au bureau ou, 35-40 km si je dois aller faire des courses, reconduire la famille au métro, etc.

J’ai trouvé ceci. Selon une étude de 2006, environ 72% des canadiens font un parcours vers le travail (multiplier par deux pour l’aller-retour) qui est couvert par la capacité de la batterie de la Prime:

-36 % d’entre eux parcourent moins de 5 kilomètres,

-23 % d’entre eux parcourent de 5 à 9,9 kilomètres,

-13 % d’entre eux parcourent de 10 à 14,9 kilomètres.

Donc, 72% des gens ont un parcours de moins de 30 km pour faire l’aller-retour au travail (c’est mon cas, 22 km aller-retour).

Je ne compte pas non-plus la possibilité de se charger au bureau. Si le parcours est plus long et se fait dans des conditions plus difficiles ou hivernales, le moteur à essence est toujours là pour arriver à destination sans problèmes.

La fiabilité, la qualité de la voiture. Toyota s’est bâti une bonne réputation avec les Prius et la Prime est la suite logique de cette famille. Après deux ans, pas de mauvaises surprises.

Le prix. Il est possible d’avoir une Prius de base pour 34 000 $ taxes incluses (rabais de 6 500$ inclus). Avec le programme du Fédéral, c’est un 2 500$ de rabais supplémentaire par rapport à ce que j’ai eu en 2017. Je n’ai pas lu de problèmes de disponibilité comme plusieurs modèles de voitures électriques.

Voilà, cela résume mon expérience positive des deux dernières années avec ma Prius Prime (version Technologie).

Publicités

Support téléphone cellulaire – Prise 2

Avec le froid, mon support de cellulaire collé au dessus de l’écran n’a pas tenu.

Je suis revenu avec un « iOttie Easy One Touch Mini Air Vent Car Mount Holder » qui s’accroche à la buse de ventilation du tableau de bord.

Un avantage de ce genre de support, c’est qu’en été, mon cellulaire sera refroidit.

Prius Prime – Premier plein essence depuis 6 mois

Ce soir, avant une petite vague de froid de -15°C, je suis allé faire le plein.  Le dernier plein datait de la mi-avril.

Depuis ce temps, je n’ai pas fait de long parcours avec la Prime.  Ainsi, j’ai accumulé 5102 km et le réservoir était encore à la moitié.

Ici, photo après le plein, avant le reset des statistiques.

IMG_6737

Voici le détail du plein:

Nombre de km Prix du litre Total du plein Nb de litres Consommation
5102,6 1,129 24,65 21,83 0,43

Bien sûr, cela ne prouve pas grand-chose à part que si on a un parcours quotidien à l’intérieur de la capacité de la batterie, il est possible de se passer d’essence pour un long moment, surtout l’été.

Mon parcours quotidien est d’environ 22 km total.  Lorsqu’on a des courses le soir, il est souvent possible de compléter la charge avant de quitter à nouveau la maison.  Donc, tout est idéal pour la capacité de la batterie d’environ 45 km l’été, 30 l’hiver.

 

 

 

Prius Prime – essai routier par « The Straight Pipes »

Fait par un deux canadiens, « The Straight Pipes ».

Un essai à la fois intéressant et humoristique.  Plusieurs points négatifs soulevés sont vrais, mais vivables, rien à mon avis pour vous empêcher d’acheter/louer cette auto.  Une petite erreur comme de dire qu’il n’y a pas de support lombaire avec la version techno, il y en a bel et bien.

 

Prius Prime – Une année au compteur!

Bon, un brin en retard, cela a fait un an le 22 juin 2018 que j’ai pris possession de ma Prius Prime 2017, version Technologie.

L’hiver est un souvenir un peu lointain, et c’est bien ainsi.  Ce fût un hiver difficile par les froids extrêmes sur de longues durées.

L’auto s’en tire bien.  J’ai découvert qu’à partir de -10°C, le moteur à essence démarre automatiquement pour prendre le relais de la thermopompe pour réchauffer la cabine.  L’utilisation du dégivreur de la vitre avant fait automatiquement démarrer le moteur à essence.

L’installation des pneus d’hiver à fait baisser l’autonomie d’environ 10%.  Passé de 47 km à 40-42 km.  Le chauffage utilise un autre 40-50% de la batterie selon la température.  Proche du -10°C, on utilise environ la moitié de l’énergie pour chauffer par la thermopompe.  Je maintiens la cabine à 20°C.  L’autonomie tourne alors aux alentours de 19-22 km.  Dans les -3 à -7, je suis capable d’atteindre les 30 km, des fois plus.

Il faut tenir compte aussi du parcours, aller au boulot l’hiver, il y a souvent de l’attente, ce qui diminue l’autonomie aussi.

En fait, après avoir expérimenté des variations sur le chauffage, j’en suis venu à utiliser le mode hybride (faire partir le moteur) lorsque la température était sous les -6°C pour les 3 premiers km de mon parcours, soit environ les 5 premières minutes.  Le gros avantage est que l’auto réchauffe rapidement, la Prius récupère la chaleur du moteur mieux qu’une auto normale.  Rendu au pont Victoria où l’attente débute, je passe en mode 100% électrique pour le reste du parcours.  La cabine étant chaude, c’est moins dur pour la thermopompe de maintenir la température.  Le soir, je quitte un stationnement chauffé, ce qui aide beaucoup à réduire la demande en chauffage.

En dehors de l’hiver, l’autonomie de 40-45 km est suffisante pour mes besoins.  Pour faire l’aller-retour au bureau, les courses, c’est parfait.  Lorsque je dois me rendre plus loin, la consommation de la Prius est très raisonnable, environ 3,2 l/100 km l’été et plus proche du 4 l’hiver.

Après un an, rien à signaler côté fiabilité.  Pas de bris, pas de panne, rien.  J’ai fait environ 13 000 km durant ma première année.  J’ai fait faire le changement d’huile annuel (1 an ou 16000 km) et j’ai changé moi-même le filtre à air de la cabine.

Voilà, c’est tout, en route une deuxième année!

Eco-dome – Protection pour le connecteur d’un véhicule électrique

Suite à une promotion de l’AVÉQ, j’ai fait l’acquisition d’un « ECO-DOME » afin de protéger le connecteur de ma Prius Prime.  Étant membre Or, j’ai économisé 15% sur le prix du produit.

C’est une grande amélioration par rapport à laisser le connecteur et le pistolet de recharge exposé aux éléments.

L’ECO-DOME est fait d’un polyester enduit d’un PVC pour le rendre résistant aux intempéries.  Il possède un replis sur la section du haut avec trois aimants puissants pour coller sur la carrosserie.

Puisque la Prius Prime ne figurait pas dans la liste des véhicules pour lesquels on identifiait le modèle d’ECO-DOME à acheter, j’ai contacté la compagnie. Peu de temps après, un de leurs représentants est allé faire des essais chez un concessionnaire Toyota pour me donner la réponse.  Bon service!

J’ai acheté le modèle XL afin qu’il couvre correctement l’ouverture assez grande de la Prius Prime.

Quelques photos du produit en action:

Si vous suivez les liens de cet article, vous y trouverez les spécifications du produit.  Je vais me concentrer ici sur mon expérience d’utilisateur.

Ce produit protège vraiment le connecteur mais avec quelques limitations.  Voici donc ma liste des plus et des moins de cet ECO-DOME

PLUS:

  • Il protège le connecteur dans la grande majorité des situations, ce qui est le plus important.
  • Il est solide, c’est un produit de qualité.
  • Les aimants sont puissants et maintiennent bien le protecteur en place.
  • Il n’abîme pas la peinture.
  • Il est fabriqué au Québec.

 

MOINS:

  • Il manque de flexibilité lors des grands froids (-10°C et moins).
  • Pour bien fermer l’ECO-DOME, il faut y entrer sa main pour pousser sur chaque côté du Velcro.
  • Les points suivants sont probablement reliés au fait que le modèle XL est générique et pas parfaitement ajusté pour une Prius Prime.
    • On doit laisser le panneau du connecteur ouvert à 45°.
    • Il laisse entrer un peu de neige qui passe sous l’ECO-DOME, lorsqu’elle  tourbillonne vers le haut.

 

Voilà, cela résume mon expérience avec ce produit.  Il est perfectible, mais je l’achèterais à nouveau sans hésitation.  Il protège bien la prise du connecteur et je suis certain que, sous notre climat, il aide à composer avec les inconvénients liés à l’accumulation d’eau, de verglas ou de neige.

AJOUT 2018/01/13: 

Tempête de neige, 30 cm qui nous sont tombés dessus.  J’ajoute des photos pour montrer la protection offerte par l’ECO-DOME (et le fait qu’il entre un peu de neige selon les vents tourbillonnant).

 

Aussi, on m’a fait remarqué dans des commentaires sur mon expérience que l’ECO-DOME n’aurait pas d’adhésion sur une Tesla S ou X (aluminum) ou une BMW i3 (panneaux de polymère).

2017-12 Statistiques Prius Prime – Grands froids

Voici mes chiffres pour le mois de décembre 2017.

Première tempête de la saison hivernale le 12 décembre. Par la suite, vague de froid pour plusieurs jours qui ont fait passer la température sous les -15°C.  Valeur importante pour la Prius Prime car c’est là que la thermopompe utilisée pour le chauffage de la cabine en mode électrique demande l’aide du moteur thermique.  Ce sont mes premières journées où le moteur fonctionne même si la batterie est pleinement chargée.

Et le mois de décembre en fut tout un pour les froids.  Comme on peut le constater dans ce message de Météomédia, on a battu des records de froids.

Le matin, s’il fait -18°C, c’est le moteur à essence qui démarre et l’auto reste en mode hybride pour le parcours du matin.  Le soir, au retour, le stationnement étant chauffé au début du 20°C, je suis en mesure de faire un bonne partie du trajet en mode électrique.  Pas longtemps après que je vois la température passer à -15°C ou -16°C, le moteur à essence démarre et assiste pour le chauffage de la cabine.

Encore une fois, l’auto chauffe bien la cabine, pas froid aux pieds, etc.

Fait aussi un bon voyage sur l’autoroute le 30 décembre, plus de 600 km a une température maximale de -18°C.  En fait, la majeure partie du trajet l’a été dans les -22°C à -26°C.  Avec 4 passagers à bord et le coffre plein, le seul problème rencontré était la buée dans le pare-brise avant.  Si je laissait le chauffage en mode AUTO, le ventilateur ralentissait trop (j’avais mis 20°C).  J’ai laissé le mode manuel, pieds/pare-brise, ventilation à 5 ou 6.  Même à cela, j’ai dû à plusieurs reprises utiliser le mode pare-brise seulement.  Une chose qui manque, ce sont des sièges arrières chauffants.  Option non-offerte, dans les grands froids, cela aiderait à rendre le voyage plus confortable. L’important dans tout cela est que personne n’a eu froid.

Les chiffres du mois:

Distance:              1202,8  km
Dépense (estimée):
En électricité:      10,93$
En essence:          56,13$
Total =                   67,06$

Prix moyen par km: 0,0558$ / km

À remarquer qu’en isolant la partie « à l’essence », on arrive à une consommation moyenne de 6,71 l/100 km (sur une distance totale de 727,6 km).

Le voyage fait à -22°C a donné une moyenne totale de 5,6 l/100 km.

Si on compare la consommation de ces kilomètres totaux faits avec une auto ou un VUS, on obtient une économie de:

Auto (10 l/100 km):    71$
VUS (16 l/100 km):     155$

Si vous désirez aux détails, cliquer sur le lien suivant:  Stats Décembre 2017