Eco-dome – Protection pour le connecteur d’un véhicule électrique

Suite à une promotion de l’AVÉQ, j’ai fait l’acquisition d’un « ECO-DOME » afin de protéger le connecteur de ma Prius Prime.  Étant membre Or, j’ai économisé 15% sur le prix du produit.

C’est une grande amélioration par rapport à laisser le connecteur et le pistolet de recharge exposé aux éléments.

L’ECO-DOME est fait d’un polyester enduit d’un PVC pour le rendre résistant aux intempéries.  Il possède un replis sur la section du haut avec trois aimants puissants pour coller sur la carrosserie.

Puisque la Prius Prime ne figurait pas dans la liste des véhicules pour lesquels on identifiait le modèle d’ECO-DOME à acheter, j’ai contacté la compagnie. Peu de temps après, un de leurs représentants est allé faire des essais chez un concessionnaire Toyota pour me donner la réponse.  Bon service!

J’ai acheté le modèle XL afin qu’il couvre correctement l’ouverture assez grande de la Prius Prime.

Quelques photos du produit en action:

et un petit vidéo

Si vous suivez les liens de cet article, vous y trouverez les spécifications du produit.  Je vais me concentrer ici sur mon expérience d’utilisateur.

Ce produit protège vraiment le connecteur mais avec quelques limitations.  Voici donc ma liste des plus et des moins de cet ECO-DOME

PLUS:

  • Il protège le connecteur dans la grande majorité des situations, ce qui est le plus important.
  • Il est solide, c’est un produit de qualité.
  • Les aimants sont puissants et maintiennent bien le protecteur en place.
  • Il n’abîme pas la peinture.
  • Il est fabriqué au Québec.

 

MOINS:

  • Il manque de flexibilité lors des grands froids (-10°C et moins).
  • Pour bien fermer l’ECO-DOME, il faut y entrer sa main pour pousser sur chaque côté du Velcro.
  • Les points suivants sont probablement reliés au fait que le modèle XL est générique et pas parfaitement ajusté pour une Prius Prime.
    • On doit laisser le panneau du connecteur ouvert à 45°.
    • Il laisse entrer un peu de neige qui passe sous l’ECO-DOME, lorsqu’elle  tourbillonne vers le haut.

 

Voilà, cela résume mon expérience avec ce produit.  Il est perfectible, mais je l’achèterais à nouveau sans hésitation.  Il protège bien la prise du connecteur et je suis certain que, sous notre climat, il aide à composer avec les inconvénients liés à l’accumulation d’eau, de verglas ou de neige.

AJOUT 2018/01/13: 

Tempête de neige, 30 cm qui nous sont tombés dessus.  J’ajoute des photos pour montrer la protection offerte par l’ECO-DOME (et le fait qu’il entre un peu de neige selon les vents tourbillonnant).

 

Aussi, on m’a fait remarqué dans des commentaires sur mon expérience que l’ECO-DOME n’aurait pas d’adhésion sur une Tesla S ou X (aluminum) ou une BMW i3 (panneaux de polymère).

Advertisements

Les véhicules électriques démarrent bien dans les grands froids

Avec les grands froids de décembre 2017 et janvier 2018, il y a eu des articles disant que les véhicules électriques gelaient (pas besoin de donner la référence). Ce n’est pas vrai.

En réalité, les autos électriques vont tout simplement moins loin car la batterie est moins efficace aux grands froids et surtout, il faut beaucoup d’énergie de la batterie pour chauffer l’habitacle.  Ajouter à cela les pneus d’hiver, la résistance de l’air plus dense qui augmente, tous des facteurs qui font en sorte que l’autonomie est réduite.

Voici un article intéressant sur le sujet:

How do electric cars start in the bitter cold? Shockingly well, experts say

Pour plus d’information, voici la discussion sur le forum de l’AVEQ sur le sujet:

http://menu-principal-forums-aveq.1097349.n5.nabble.com/Front-page-du-journal-de-mourial-tp80690.html

Statistiques Prime – Terminé

En ce début d’année 2018, je ne continuerai pas de compiler des statistiques détaillées sur l’utilisation de ma Prius Prime.

Le but était de donner une idée de la performance de la Prime sur la plage des températures qui nous touchent ici au Québec, dans la région de Montréal.

Avec les journées froides de décembre 2017 avec la vague de froid polaire qu’on vit présentement, on a toute l’information pour voir ce que la Prime a dans le ventre pour affronter les grands froids.  Habituellement, on voit cela plus en février.

En bas de -10°C, on utilise le moteur à essence pour réchauffer la cabine.  Si l’auto a fonctionné depuis un bon bout de temps et est bien réchauffée, on peut voir le mode électrique fonctionner un peu pour quelques kilomètres supplémentaires.  L’auto fonctionne comme un hybride Toyota normale.

Voilà, avec ce qui est disponible, vous devriez être capable vous faire une bonne idée de la performance de l’auto!

 

2017-12 Statistiques Prius Prime – Grands froids

Voici mes chiffres pour le mois de décembre 2017.

Première tempête de la saison hivernale le 12 décembre. Par la suite, vague de froid pour plusieurs jours qui ont fait passer la température sous les -15°C.  Valeur importante pour la Prius Prime car c’est là que la thermopompe utilisée pour le chauffage de la cabine en mode électrique demande l’aide du moteur thermique.  Ce sont mes premières journées où le moteur fonctionne même si la batterie est pleinement chargée.

Et le mois de décembre en fut tout un pour les froids.  Comme on peut le constater dans ce message de Météomédia, on a battu des records de froids.

Le matin, s’il fait -18°C, c’est le moteur à essence qui démarre et l’auto reste en mode hybride pour le parcours du matin.  Le soir, au retour, le stationnement étant chauffé au début du 20°C, je suis en mesure de faire un bonne partie du trajet en mode électrique.  Pas longtemps après que je vois la température passer à -15°C ou -16°C, le moteur à essence démarre et assiste pour le chauffage de la cabine.

Encore une fois, l’auto chauffe bien la cabine, pas froid aux pieds, etc.

Fait aussi un bon voyage sur l’autoroute le 30 décembre, plus de 600 km a une température maximale de -18°C.  En fait, la majeure partie du trajet l’a été dans les -22°C à -26°C.  Avec 4 passagers à bord et le coffre plein, le seul problème rencontré était la buée dans le pare-brise avant.  Si je laissait le chauffage en mode AUTO, le ventilateur ralentissait trop (j’avais mis 20°C).  J’ai laissé le mode manuel, pieds/pare-brise, ventilation à 5 ou 6.  Même à cela, j’ai dû à plusieurs reprises utiliser le mode pare-brise seulement.  Une chose qui manque, ce sont des sièges arrières chauffants.  Option non-offerte, dans les grands froids, cela aiderait à rendre le voyage plus confortable. L’important dans tout cela est que personne n’a eu froid.

Les chiffres du mois:

Distance:              1202,8  km
Dépense (estimée):
En électricité:      10,93$
En essence:          56,13$
Total =                   67,06$

Prix moyen par km: 0,0558$ / km

À remarquer qu’en isolant la partie « à l’essence », on arrive à une consommation moyenne de 6,71 l/100 km (sur une distance totale de 727,6 km).

Le voyage fait à -22°C a donné une moyenne totale de 5,6 l/100 km.

Si on compare la consommation de ces kilomètres totaux faits avec une auto ou un VUS, on obtient une économie de:

Auto (10 l/100 km):    71$
VUS (16 l/100 km):     155$

Si vous désirez aux détails, cliquer sur le lien suivant:  Stats Décembre 2017

Prius Prime et les premiers froids

Voilà, les premiers froids sont arrivés.  Bien que la température varie beaucoup, il y a eu plusieurs matins avec des températures sous le zéro Celsius.

J’avais une moyenne de 45 km de disponibles en mode électrique le matin.  Avec un parcours d’environ 22 km quotidien, il m’en restait pratiquement toujours au début du 20 km à mon retour.  La consommation moyenne est d’environ 11 à 13 kWh par 100 km.

La première baisse vers les 39 km s’est produite avec la passage aux pneus d’hivers (Blizzak WS80).  C’est environ 13% de moins.  La consommation tourne maintenant aux alentours de 15 kWh par 100 km et la température matinale est proche du zéro, souvent peu au-dessus.

Viens ensuite un premier matin dans les -8°C.  Autre baisse prévisible.  Ce matin-là, en appuyant sur le bouton de dégivrage du pare-brise pour enlever la buée, le moteur à essence est immédiatement démarré.  Après vérification dans le manuel, c’est tout à fait normal.  C’est le meilleur moyen de générer rapidement de la chaleur pour dégager la fenêtre.  Cette journée-là, je suis revenu avec à peine 6  km d’autonomie.  D’après les statistiques de la Prius, la consommation moyenne a été de 25% plus élevée.  Presque 20 kWh par 100 km.

En examinant un peu plus les affichages de la Prime, j’ai découvert celui qui donne l’autonomie estimée sans la climatisation/chauffage.  Très intéressant car on voit que le matin, lorsque la température tourne aux alentours de quelques degrés sous zéro, mon 37 km de départ est en fait 32 km en tenant compte du chauffage.  C’est là que j’ai réalisé que le chiffre de l’autonomie restante affichée dans le pare-brise est celui qui ne tient pas compte du chauffage.  L’été, la différence est minime, mais, avec le chauffage, c’est une autre histoire.  On parle d’une autre baisse de 13%.

Au retour de mon trajet quotidien, mon autonomie électrique tourne aux alentours de 5 à 9 km.  Certains matin, la circulation est lourde et même si on avance pas, il faut chauffer l’habitacle.  Le parcours varie de 25 à 45 minutes.   Le soir, l’auto étant dans un stationnement chauffé, je pars avec une auto tempérée au début du 20 degrés.  Le parcours en généralement plus court en temps, entre 20 et 30 minutes.  La consommation est toujours moindre.

J’en conclu donc que la perte d’autonomie électrique est d’environ 30% lorsqu’on a des températures aux alentours de 0°C ou un peu moins.

À la vue de ces chiffres, je suis convaincu qu’il faudra utiliser le moteur à essence lorsque la moyenne sera dans les -15°C et moins pour faire mon parcours quotidien.  Ce sera un autre sujet!

Prius Prime et préchauffage

J’ai eu l’occasion de faire quelques tests au niveau du préchauffage de l’habitacle.

Il y a deux méthodes possibles.

Utiliser la télécommande et appuyer sur le bouton « A/C ».  

Selon la température extérieure et la température de la climatisation, l’auto va soit climatiser ou chauffer pour arriver à cette température.

Utiliser la programmation de charge différée et utiliser l’option « Prep. clim »

Il y a deux programmation possibles, soit l’heure à laquelle on veut que la charge débute OU l’heure à laquelle on veut partir avec l’auto et à laquelle on veut que la charge soit complète.

Dans les deux cas, la climatisation (ou chauffage dans le cas des températures froides) va fonctionner un maximum de 10 minutes.

En utilisant le truc d’un ami (c’est lui qui a pensé à cela, merci R.M.), j’ai mis dans l’auto un capteur de température extérieure de ma station météo.  Toujours selon ses conseils, me me suis assuré que le capteur ne sera pas influencé par le soleil, qu’il n’arrive pas dessus directement.

IMG_5418

Départ programmé pour 6:55 du matin avec l’option de préparation de la climatisation en fonction.

6:00
Extérieur: Environ -5°C
Dans l’auto: -1°C

La recharge était en cours, la 3e lumière clignotait sur le tableau de bord.  L’entrée et la sortie du circuit d’air est dans l’auto, alors, l’hiver, on bénéficie de la chaleur perdue par la recharge.  Ici, assez pour monter la température de quelques degrés.

6:45 Début chauffage
6:55 Fin chauffage.  Dans l’auto: +3°C

Un gain d’environ 8°C (il faut garder à l’esprit que le capteur de température n’est pas super précis, j’ignore sa précision).

Arrivé dans l’auto vers 6:57. Elle indiquait une autonomie de 37,4 km.

-=-=-=-

À la lumière de ce test, je conclu que la durée du chauffage programmé par Toyota est nettement trop courte.

Le chauffage est efficace, ce n’est pas le problème.  Une fois dans l’auto, on sent la chaleur aux pieds rapidement, ce qui indique une bonne performance de la thermopompe. On sent une belle chaleur de la bouche d’air qui est sur le tableau de bord vers la fenêtre.  L’auto devient vite confortable (les bancs chauffants et le volant chauffant aident aussi).

Mais, 10 minutes, cela ne donne pas assez de temps pour monter la température dans les 15-20 degrés, température plus agréable.

Conclusion (pour l’instant!):

L’utilisation de la programmation de charge entraîne bien des désagréments lorsqu’on veut charger immédiatement son auto (pour retourner faire des courses par exemple).  Il faut utiliser un bouton mal placé dans le tableau de bord pour faire afficher un menu (en faisant attention de la pas appuyer sur le bouton d’ouverture de la trappe d’essence!). Ensuite, il faut naviguer avec les flèches présentes sur le volant et appuyer sur l’équivalent du « Entrée » pour rendre la recharge immédiate.  Opération à refaire à chaque fois qu’on veut passer outre à la programmation.

Pour moi, il est plus avantageux de laisser la charge se faire au retour du boulot et d’utiliser la télécommande le matin pour faire 2 cycles de chauffages avant le départ.  Peut-être 3 lors des grands froids, on verra.